Logo-Retour Accueil
Plan du site
Accueil Découvrir Pratique Boutique 
 
12 - Arcboutant de la cathédrale7 - architecture renaissance48 - Lyon, de la colline27 - architecture renaissance39 - Voûtes de la cathédrale Saint Jean
Découvrir
  • Circuits guidés
  • Animations
  • Reportages
accueil
Chambres d'hôtes Lyon
Sélection de chambres d'hotes / bed & breakfast à Lyon
En savoir plus
Pub
Pizz'Délice :
cuites au feu de bois, livraison de pizzas sur Lyon En savoir plus
Recherche



 

Actualités
Agenda 2017
<< Février >>
L
M
M
J
V
S
D
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
Agenda semaine
Agenda du mois
Lettre Info



Le XIXème siècle            

L'abandon du Vieux Lyon

La Loge du Change

Fin XVIIIème, l'action monumentale de Soufflot, architecte de Lyon, marque la morphologie de la cité avec notamment la construction de l'Hôtel Dieu en Presqu'île. Dans le Vieux Lyon, il se charge de la reconstruction de la Place du Change et de sa Loge. Mais l'urbanisme et l'architecture doit se plier aux idées nouvelles et à l'engouement, Ô combien nécessaire, de l'hygiénisme. Devant la demande pressante de la bourgeoisie pour des immeubles neufs, le préfet Vaïsse s'active surtout du côté de la Presqu'île et de l'Est de Lyon. Alors, progressivement, la paupérisation affecte les anciennes riches demeures du Vieux Lyon car les migrations des bourgeois s'accélèrent vers la Presqu'île. Dans les grands appartements divisés, c'est l'entassement d'une population misérable.
De plus, comme la diffusion des métiers Jacquard de grande hauteur necéssite une architecture particulière, les canuts quittent leurs demeures humides et sombres de Saint Georges pour s'établir sur les hauteurs de la Croix Rousse.
Le quartier Fourvière ne connait pas non plus de mouvement d'urbanisation en raison des pentes trop fortes et de leur instabilité ne permettant pas l'établissement de constructions.

De nouvelles industries...
Au Second Empire, la ville de Lyon vit d'autres activités industrielles se développer : les premières industries chimiques, la métallurgie, l'industrie électrotechnique, la construction automobile . Pour la ville, le tissage n'était plus l'activité motrice même si Lyon restait la première place du commerce mondial des soies. Mais l'innovation et l'emploi relevaient désormais des industries densément semées dans ses quartiers industriels c'est à dire en dehors du Vieux Lyon.


le funiculaire

...et de nouvelles infrastructures
Pourtant, suite à l'explosion des transports mécaniques urbains, chemins de fer ou funiculaires, on construit l'avenue Adolphe-Max afin d'assurer la liaison entre Bellecour et le funiculaire qui monte vers St Just et Fourvière. La rue Octavio Mey relie la gare Saint Paul aux Terreaux.
Et des ponts sont jetés, entre 1830 et 1881, sur la Saône : le pont de la Feuillée, le pont de la Mulatière, le pont de la Gare et la passerelle Saint Vincent.

retour   du XVIème au XVIIIème siècle   le XXème siècle

Accueil - Découvrir le Vieux Lyon - Informations Pratiques - Contact
©2001-2017 - Vieux-Lyon.com